31 mars 2006

Guetta: pan sur le CPE

J'ecoutais Bernard Guetta s'exprimmer sur le CPE ce matin en podcast sur mon iPod.

D’une idéologie à l’autre (Bernard Guetta, Géopolitique, Chroniques, France Inter, 30/03/06

Pas grand chose a rajouter si ce n'est le lien vers cet article du IHT:
Letter from Paris: 4 simple rules for firing an employee in France (IHT, 29/03/06 )

(d'accord, le calembours est vaseaux mais c'est Vendredi apres-midi)

30 mars 2006

Images de la France vue de l'Etranger

Je ne me suis pas senti aussi peu fier de mon pays depuis que le corrompu-en-chef (1,6m de hits!!!) a repris les essais nucleaires... (plus un probleme de communication qu'autre chose encore une fois)

Fashionable danse in France these days
(Loic Le Meur via James Governor's Monkchips)

Le Times (tendance droite australienne) est assez peu amene dans son analyse:
Protesters fight plans to create more youth jobs (Times, 07/03/06) France’s high youth unemployment is at the centre of a battle between demonstrating public service unions, students, and the Prime Minister Dominique de Villepin

Le Guardian (gauche liberée) ne sais pas trop comment traiter le sujet, balance entre bon sens économique et désir de gauches: Mass protests on the streets of France (Guardian, 29/03/06)

Mais cet edito est assez hilarant: Agnès Poirier: In the grip of declinology (Times, 29/03/06).

Quant aux Amerlauds, ils se demande ce qu'ont les Francais a toujours vouloir casser ce qui marche, en l'occurence la pomme aux oeuf d'ors: Apple vs. France (Newsweek, 21/03/06)

Tags:

28 mars 2006

26 mars 2006

Wiktionnaire

On connaissait déja la Wikipedia, ou encyclopédie "open source" (encyclopedie en acces libre créee et améliorée par une communauté a l'égard du logiciel libre).

Personellement, je trouve la Wikipedia absolument indispensable -les sources documentaires gratuites en Francais etant assez limitées. Il faut savoir cependant que ce systeme a ses limites, que certains articles peuvent etre changes, par des opposants politiques entres autres. Ceci etant dit, et au risque de déplaire a Eric Dupin, les journalistes racontent pas mal de sornettes et ne prennent pas toujours le soin de verifier leurs sources...

Pour en revenir aux Wikis, voici donc le lien pour le Wiktionnaire, le dictionnaire libre... et augmenté des entrées de celui de l'Academie Francaise:
Wiktionnaire

A mettre d'urgence dans vos favorits/onglets!


Tags:

24 mars 2006

Campagnes, magasins relais et bon sens

C'est probablement le proverbial bon sens paysan (cher a Annette) qui a inspiré les épiceries de campagnes a jouer les depots pour les vepecistes et autres porteurs de paquets:
Le Monde.fr : Les magasins-relais jouent la proximité (Le Monde, 16 Février 2006)
-malheureusement en acces payant maintenant.

Ils y trouvent une source de revenus complementaires ainsi qu'une augmenation de la chalandise.

Ce n'est qu'un debut timide cependant, on pourrait aller beaucoup plus loin en ces temps de fermetures de bureaux de postes et de commerces dans les villages. Comme par exemple combiner un bureau de poste a une epicerie. Ce n'est pas si farfelu que l'on pense, il y a de telles echoppes dans chaque high street anglaise.

Un moyen efficace de lutter contre la desertification rurale?

Tags:

23 mars 2006

Le Monde.fr : Les "dites, ne dites pas" du CSA

Il n'y a pas que moi que les "au jour d'aujourd'hui" et autres expressions idiomatiques énervent:
Le Monde.fr : Les "dites, ne dites pas" du CSA

Voir aussi Continuons donc à!    

22 mars 2006

l'UMP soutient le CPE, singulièrement

D'apres le SarkoBlog, l'UMP soutient le CPE. Comme la canne soutient l'aveugle il me semble (ca serait intéressant d'avoir le point de vue d'Alex sur la question d'ailleurs).

Les commentaires sur le blog susnomé illustrent parfaitement ce dialogue de sourds. Mais apres avoir ecouté cet excellent podcast de Bernard Guetta (La singularité française, 16/03/2006) il me semble de plus en plus clair que si les autismes de chaque coté ne cherchent pas le dialogue.

Le drame de l’Europe, de tous les pays qui la composent, est de ne pas encore avoir de forces politiques, d’intellectuels et de journaux qui sachent clairement dire que nos systèmes de protection sociale ne survivront pas tels qu’ils ont vieilli, que sans un nouveau contrat social le libéralisme l’emportera en Europe comme ailleurs, qu’un tel contrat ne pourra s’imposer qu’à l’échelle de l’Union et que cette bataille, forcément, sera longue.

La France est un pays singulier, comme l'illustre si bien ce podcast: elle bataille car elle doute, elle est incertaine. Cela s'illustre d'un coté par le repli vers des extremismes (le borgne hideux, la syndicaliste et son double le postier), mais aussi par la cote de popularité du seul candidat (virtuel) proposant une rupture.

Donc on crée des reformettes, on proteste, on conteste, on manifeste contre (meme completement bourré, mais bon un syndicaliste ivre, n'est-ce pas un pléonasme?), le tout sans vraiement se demander quel est le probleme de base.

J'en ai assez ecrit (voir les tags ci-dessous) au sujet de mon opinion sur CPE: une loi inique, pondue par des enarques, qui complexifie encore un peu plus le droit du travail tout en envoyant un message negatif aux jeunes. Je comprends la réaction des jeunes sur le fond, mais je pense qu'ils se trompent de cible. Pour finir et une fois n'est pas coutume, voici une citation de Libé («Ils font ce que les 30-40 ans n'ont pas réussi», interview de Erwan Lecoeur, sociologue par Par Renaud Dely, 22/03/06):

«Nous n'avons jamais voté et vous nous laissez Le Pen en héritage.» Comme ils disent aujourd'hui : «Nous n'avons jamais travaillé et vous nous laissez le chômage et la précarité en héritage.»


Voila quelques articles (recopiés) sur le blog de La Lime ou ailleurs qui aident a retirer les œillères franchouillardes:



Tags: , , , , , , ,

21 mars 2006

Version moderne de la cigale et de la fourmi

J’ai reçu ceci de Pym, du Mimi et d’Annette, alors je me suis dit que ça méritait peut-être d’être posté?

VERSION CLASSIQUE

La fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule; elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l'hiver. La cigale pense que la fourmi est stupide; elle rit, danse et joue tout l'été.

Une fois l'hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie.

La cigale grelottante de froid n'a ni nourriture ni abri et meurt de froid.

FIN


VERSION FRANCAISE

La fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule; elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l'hiver. La cigale pense que la fourmi est stupide; elle rit, danse et joue tout été

Une fois l'hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie.

La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d'être au chaud et bien nourrie tandis que les autres moins chanceux comme elle ont froid et faim.

La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid et passent des extraits vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions.

Les Français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d'autres vivent dans l'abondance. Les associations contre la pauvreté manifestent devant la
maison de la fourmi.

Les journalistes organisent des interviews demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu'elle paie "sa juste part".

En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l'égalité économique et une loi (rétroactive a l'été) d'anti-discrimination. Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide.

La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n'a pas assez d'argent pour payer son amende et ses impôts. La fourmi quitte la France pour s'installer avec succès en Suisse.

La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée. Elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit encore loin.

L'ancienne maison de la fourmi devenue logement social pour la cigale se détériore car cette dernière n'a rien fait pour l'entretenir.

Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens. Une commission enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 Millions d'euros.

La cigale meurt d'une overdose; Libération et Humanité commentent sur l'échec du gouvernement à redresser sérieusement le problème des inégalités sociales.

La maison est squattée par un gang araignées immigrées, le gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la France.

Les araignées organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté.

FIN


Tags: , , ,

19 mars 2006

DAVSI, sommet de la franco-cacophonie?

J'avais commencé un fort joli post sur la cacophonie a la francaise sur droits d'auteurs pour la musique en ligne, et pouf, Firefox a crashé. Ca arrive moins souvent qu'avec Micro$oft Interbete Explorer, mais c'est rageant de perdre des posts.

Anyway....

Plus je list sur le DADVSI, plus le sujet me semble compliqué. En bref, le législateur veut légiferer sur la maniere de gerer les droits d'auteurs lorsque la musique est telechargee.

Il y a deja un systeme assez complique en place ou les diffuseurs de musique paient leur ecot a la SACEM qui a son tour reverse les droits d'auteurs (moins evidemment ses couts) aux auteurs. Cela s'applique aux radios, mais la France etant toujours avide de reglementation kafkaienne, egalement au magasin d'articles de plage qui met NRJ en bruit de fond pour attirer le chaland.

Les deputes ont donc imagine un systeme de perequation identique pour la musique en ligne appellé licence globale. Car c'est bien connu, il faut le-gi-fe-rer! Mais c'est la que le probleme se corse, car il y a foule de questions technique et mon avis est que les deputes sont completement depasses et les lobbies de l'industrie musicale sont tres actifs.

Quels sont les enjeux alors?
  1. Le droit a la copie privée: en théorie, les particuliers ont le droit de faire une sauvegarde. Cependant, les rapetous de la musique et du film vont jusqu'a mettre des programmes espions dans les CD's (Sony dans ce cas) et les DVD's sont protéges contre la copie. Pratiquement, il est donc difficile d'exercer son droit, d'autant plus que le législateur, a la botte des lobbies, souhaite empecher de contourner les dispositifs anti-copie.
  2. Il faut noter que le consommateur paie deja une taxe sur les supports vierges (auparavant musicassettes, etendu par la suite aux CD et DVD vierges -tant pis pour ceux qui les utilisent juste pour faire des sauvegardes de leurs blogs).
  3. L'autre enjeu est la vente liée: les musiques telechargees sont souvent compatibles avec seulement un seul lecteur (iTunes ne marche qu'avec les iPods). On appelle cela du lock-in. Mais comment forcer Apple a deverouiller iTunes rien que pour la France?

Le débat nage dans la confusion. Pour ma part, je pense que les majors doivent ameliorer l'offre et le rapport qualité prix plutot que de criminaliser les ados qui s'echangent quelques mp3...



Tags: , , ,

15 mars 2006

Usines a gaz

Au point ou j'en suis (déja 10 posts), je me suis dit que je pouvais bien en remettre une couche sur le fameux CPE.

Je cherchais a valider le postulat de Frank (ou plutot des articles qu'il reproduit in extenso dans son blog -la majorité des bloggers francais ont d'ailleurs une éthique particuliere -tres peu de liens, beaucoup de "moi moi moi", mais j'y reviendrai un de ces jours): le CPE ne créera pas d'emploi.
Je partage son point de vue, intuitivement, mais cherchais a vérifier mes sources au lieu de poster mes humeurs.

Et il se trouve que je ne trouve presque que des positions dogmatiques (voir les affligeants stopCPE ou bien encore jeunespourleCPE) et tres peu de faits. Alors, le CPE peut il creer de l'emploi ou ne provoquera t-il qu'un effet d'aubaine?

J'ai pas mal recherché et peu trouvé, a part pas mal de lapalissades mais il y a quelques perles tout de meme sur lemonde.fr:
  • De 1973 à 2002, les gouvernements successifs ont utilisé pas moins de 35 dispositifs différents. En 1999, 40 % des jeunes de moins de 26 ans ayant un emploi en bénéficiaient, contre 5 % en 1975, selon Yannick Fondeur et Claude Minni, respectivement chercheur à l'Institut de recherches économiques et sociales (IRES) et chercheur au ministère de l'emploi (Economie et statistique n° 378-379, 2004). Pourtant, le taux de chômage des jeunes de 15 à 29 ans, de 6 % en 1975, dépasse les 20 % trente ans plus tard (23 % pour les 15-24 ans), avec des périodes de baisse à la fin des années 1980 et des années 1990.
    (Trente ans de dispositifs de lutte contre le chômage des jeunes, LE MONDE, 31.01.06)
  • Tous les pays qui ont un taux de chômage deux fois moins élevé que la France ont comme point commun une très grande fluidité du marché du travail. Parmi eux, il existe néanmoins deux modèles : le "libéral anglo-saxon" et le modèle "social-démocrate nordique".
    Ainsi, la protection du salarié français en CDI, dès lors qu'il possède une ancienneté dans l'entreprise, a pour contrepartie un salaire relativement médiocre à l'échelle européenne compensé par la capacité du salarié à négocier auprès de sa banque un emprunt à un taux d'intérêt peu élevé. L'équilibre est précaire, et toute modification substantielle nécessite un consensus social.

    Par ailleurs, la fluidité du travail n'est en rien gage de croissance et de création d'emplois. L'exemple du segment particulier que représentent les cadres supérieurs est à ce sujet très révélateur. La rupture du contrat de travail se traduit souvent par une "enveloppe-bagage" : départ immédiat contre indemnités très élevées. Le marché de l'emploi est fluide. Pourtant, le taux de chômage des cadres s'est accru de 5,6 % à 7,1 % de la fin 2001 à mi-2004. [NDA: le contre exemple de la Grande-Bretagne amene tout de meme a relativiser ce point, les penalites pour les entreprises etant en France fortement penalisantes]
    Un marché du travail fluide peut accélérer la croissance mais ne la provoque pas. Celle-ci est d'abord le résultat des politiques monétaire, fiscale, budgétaire. La réussite des pays anglo-saxons et scandinaves tient moins à leur politique sociale qu'à leur indépendance vis-à-vis de l'euro. [NDA: cela est un parti pris, l'Irlande par exemple est dans la zone Euro]
    (La "flexicurité", miroir aux alouettes, par Philippe Garabiol, LE MONDE, 22.06.05)
Apparemment sans rapport, je me suis regale avec cet article au vitriol de Business Week relatant l'approche Frenchie sur la legislation des droit d'auteurs pour les oeuvres telechargees:
  • Apple's French Dis-Connection? (BusinessWeek, 15/3/06)
    Politicians are debating easing the penalties for illegal downloading. If passed, music fans' gain could be the entire country's loss
Le lien avec le CPE: dans les deux cas, le gouvernement cree une usine a gaz pour resoudre un symptome, sans avoir diagnostiqué le vrai probleme.

Cela me rappelle un certain porte-avion nommé Clemmenceau.... (pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?)


PS: note a Alex, Anne et Céline -l'idée du Web 2.0 est basée sur la participation. Les commentaires sont fait pour ca....



Tags: , , , , ,

14 mars 2006

Etrangetés du systeme politique francais

Tout d'abord, une excuse aux lecteurs qui ont remarqué la disparition des accents: je n'ai qu'un clavier QWERTY et utilisait Micro$oft Word avec Blogger pour Word, mais ce petit ad-on plante et le copier-coller de Word vers ne fonctionne pas (car comme d'habitude MSFT ne se conforme pas aux standards et insere des codes HTML speciaux et incompatibles avec Blogger...)

Alors que la situation politique sur le CPE se transforme en guerre de tranchées, les issues en paraissent peu claires.

D'un cote, le gouvernement s'accroche a une mesure qu'il présente comme essentielle pour résorber le chômage des jeunes et qu'il voit comme l'un de ses projets phares.

De l'autre l'occasion de se regrouper au nom de la défense des salariés est trop belle pour une gauche émietté. J'ai déjà ironisé sur ces syndicats étudiants défendant les avantages qu'ils n'ont pas acquis. Quant au projet gouvernemental il ne m'apparaît que comme un cataplasme sur une jambe de bois, créant des complexités et des castes supplémentaires dans le droit et le marche du travail.

Les choses commencent a prendre une tournure... intéressante. Il devient de plus en plus clair que le gouvernement est sur la défensive, traumatisé par le cas Juppé (qui avait du démissionner après une révolte estudiantine qu'il avait essaye de moucher en restant droit dans ses bottes). Les amendements qu'il propose renforcent l'impression d’impréparation et d'amateurisme.

Vu d'outre-manche, le processus dans son ensemble est pour le moins intriguant et révélateur d'une conception de la vie politique et de l'esprit français bien peu adapté aux collaborations transversales et aux changements rapides qui caractérisent le monde d'aujourd'hui. Le Français est caractérisé par un fort individualisme (le travail en groupe a l'école n'est que peu récompensé par exemple), une structure très hiérarchique et la peur de l'incertitude. Autant de traits qui expliquent pourquoi ce pays est régi par des énarques fonctionnaires?

Pour en revenir au CPE, lorsqu'on compare ce cas aux débats intervenant dans d'autres pays, les faits suivants me frappent:
  • il n'y a pas eu de phase longue de préparation de l'opinion par des études et une recherche de consensus sur la natures et les causes du problèmes (en l'occurrence le chômage des jeunes)
  • par conséquent, il n'y a pas eu non plus de débat sur les remèdes à proposer
  • le gouvernement a imposé une mesure sans discussion
  • les catégories concernées se sont senties frappées d'ostracisme et ont proteste
  • comme le gouvernement n'a pas non plus cherche le consensus dans ses propres rangs, la polémique s'est développée
  • et comme en France on aime protester, on a vu les étudiants se mettre en grève (allo, les gars, la nation vous paye pour étudier, qui cela gêne le plus de ne pas aller en cours?)


Voir également:

Tags: Villepin, emploi, chômage, CPE, France, jeunes, société, transmanches.blog, économie,

13 mars 2006

Musique en ligne = profit warning?

L'Expansion titrait l'autre jour sur Les jeunes européens achètent trop peu de musique, ou ils rapportent une étude de Jupiter Research prédisant que nos jeunes sont tellement habitués a la musique gratuite qu'il sera impossible de les sevrer, d’où un risque pour les marges des majors de la musique.

D'une part, la prédiction est osée… et probablement infondée: ces mêmes jeunes apprennent bien a aller faire les courses tout seuls lorsqu'ils partent de chez papa maman, ou le ils se nourrissaient poutant gratuitement grâce a un système peer-to-peer (je demande du banania a "maman" qui me le livre par FTP via le serveur "frigo"). Cela fait partie du processus normal appellé "grandir".

D'autre part, si les majors s'en mettent moins dans les poches, ce sera probablement une bonne chose:
  • d'une part ils vont cesser de promouvoir des navets dont personne ne veut: trop d'offre (de piètre qualité comme l'écrit Laurent ici) tue la demande, les consommateurs perdant intérêt lorsque un groupe lance un album et disparaît le lendemain

  • de l'autre, c'est probablement un juste retour de manivelle: vendre des CD a 16-17 neuros a des jeunes c'est proche de l'arnaque

Mais bon, certains sont contents tout de même: Warner Music se refait une santé grâce aux téléchargements (18h.com).

Avec le recul, cela sent comme une manoeuvre de la part des majors de la musique préparant le débat sur les droits d'auteurs (voir le fiasco gouvernemental sur la gestion des droits d'auteurs et la licence globale)...



Tags:
, ,

12 mars 2006

On s'en fout! (mais peut etre pas?)

Eurovision: le candidat de la France désigné mardi soir sur France 3 (Le Monde.fr, 13/03/06)

Mais apres reflexion, s'en tape t-on tant?

Car ce sont les con-sommateurs qui payent les dépenses marketing nécessaire a la promotion de cette daube.

L'economie connectée permet une dés-intermédiation entre les musiciens (voir le cas de Sandi Thom, artiste de Tooting, grand-Londres, pres de chez moi, se produisant sur internet devant 60000 fans). Et permet donc aux auditeurs de choisir leur musique au lieu de consommer les nanards ce que les majors essaient de refiler: voir l'example de Lala.com qui permet de s'echanger des CD. Cet article pointe le fait que WalMart stocke 5000 titres alors que l'industrie musicale en sort 30000 par an.

Le modele économique des majors de la musique est-il donc attaqué, par la diversité et la qualité plutot que par les téléchargements en ligne?


Tags: ,

10 mars 2006

Ces jeunes qui pensent vieux

Excellent billet d'Ivan Rifoul ce matin dans le Figaro: Ces jeunes qui pensent vieux (Le Figaro, 10/03/06)
Ses conclusions sur les jeunes rejoignent les miennes: les jeunes ont "raison d'être déçus d'une société qui, depuis vingt ans, mégote leur place."

On diverge cependant sur le CPE: je pense que c'est une autre invention d'énarque qui rend le marché du travail moins flexible et encore plus complexe, qu'il crée des effets de seuils entre les différents statuts -comme autant de barrières entres les privilégiés du CDI (ou les planques à fonctionnaires). L'auteur vilipende l'atonie de la gauche (mais faut-il s'en plaindre après 14 ans de mitterrandisme économiquement destructeur?), arc-boutée sur la défense des "intérêts égoïstes" et le "traitement social du chômage", expression désignant de nombreuses niches de travail aidé. L'échec des 35 heures a pourtant montré que rationner le travail détruit de la richesse sans créer d'emplois.

Je titrais le 24 Janvier sur "Où sont passés les jeunes français qui en veulent?" Et bien j'ai la réponse: toujours d'après cet article du Fig, 76% des 15-30 ans jugeaient l'an dernier attractif de devenir fonctionnaires tandis que 82% des leurs parents les y encourageraient.

Autant pour l'esprit d'entreprise, cela ne promet guère pour l'avenir... Je reproduis l'article ci-dessous car la mise en page du site passe mal sur Firefox.

Tags: CPE, chômage, emploi, France, jeunes, politiques, économie, société


Ces jeunes qui pensent vieux
Le bloc-notes d'Ivan Rioufol - 10 mars 2006, (Rubrique Opinions)

Les jeunes ont raison d'être déçus d'une société qui, depuis vingt ans, mégote leur place tout en les flattant. Le jeunisme se révèle comme l'artifice destiné à feindre la modernité. En France, des moins de 30 ans se font ainsi régulièrement balader par la gauche copain-copain : un abus de confiance confirmé, mardi, avec le succès relatif des processions contre le contrat première embauche. Ce faisant, une génération bernée s'active à l'être davantage.

Si les non-diplômés ont tant de mal à trouver un emploi, c'est parce que l'École s'est montrée idéologiquement rétive à l'apprentissage et à l'ouverture sur l'entreprise. Des centaines de milliers de postes sont vacants dans la métallurgie, la maçonnerie, la menuiserie, la serrurerie. Pour ces jeunes, le CPE devrait permettre d'accéder à ces métiers, en laissant à l'entrepreneur la liberté de licencier durant deux ans. Pas de quoi s'étrangler. Les lycéens et étudiants veulent-ils bloquer l'accès au travail à moins lotis qu'eux ? C'est ce qu'ils laissent comprendre, en se faisant manoeuvrer par d'archaïques syndicats soucieux de leurs intérêts égoïstes. La fonction publique, mobilisée mardi, n'est en rien concernée par ce contrat. Mais elle y voit l'inacceptable atteinte à l'État providence, construit sur un Code du travail interdisant la nécessaire flexibilité.

Le CPE, approuvé par les parlementaires, a un mérite : celui de rompre avec un système qui ne fonctionne plus et qui écarte 23% des 15-29 ans d'un marché du travail bloqué par trop de contraintes. Cette politique, parce qu'elle s'inspire d'une timide vision libérale, suffit à la déjuger aux yeux des doctrinaires. Cependant, il n'est plus possible de défendre un système qui exclut les moins formés et fait fuir les plus entreprenants. Des décennies d'éloges du pantouflage ont laissé des traces. L'année dernière, un sondage révélait que 76% des 15-30 ans jugeaient attractifs de devenir fonctionnaires. Cette semaine, une enquête Ipsos montre que 82% des Français encourageraient leurs enfants à entrer dans la fonction publique. C'est ce pays immobile et soucieux de sa retraite qui renoue avec son rituel gauchisant. Mais ce sont des conservatismes qui s'expriment. Ils aggravent la marginalisation des jeunes, en leur transmettant des préoccupations de vieux.

Contre-offensive étudiante

Jusqu'où la France devra-t-elle tomber pour que la gauche se réveille ? Un sondage révèle que plus de trois Français sur quatre considèrent que le pays est dans une phase de déclin. Dans son dernier livre (L'Europe en crise, que faire ? Éditions Clément Juglar) le Prix Nobel de sciences économiques, Maurice Allais, rappelle : «Dans tous les pays du monde la France se distingue par un record incontestable mais désastreux. C'est le pays où l'on entre le plus tard dans la vie active. C'est le pays où la durée de travail est la plus réduite. C'est le pays où l'on prend sa retraite à l'âge le plus faible.»
Sur l'ensemble de ces sujets, l'absence de propositions du Parti socialiste, fer de lance de la contestation anti-CPE, fait douter de sa lucidité. Il ne réagit qu'aux 35 heures, aux emplois aidés, au droit à travailler moins. Sentiment de décrochage aggravé par le vide qui s'installe dans le programme de Ségolène Royal, probable candidate à la présidentielle. Elle admet : «Je n'ai pas à avoir un avis sur tout» (nos éditions de lundi). Mais elle n'en a sur pratiquement aucun sujet, mise à part l'éducation des enfants. Une atonie à l'image de son camp.
Face à ces effacements, la volonté de réforme de Dominique de Villepin mérite d'être soutenue. D'autant que les syndicats ne peuvent se prévaloir d'une représentativité les autorisant à parler au nom de la jeunesse ou des salariés du privé. Or s'exprime désormais, au sein de la majorité, une crainte à l'idée d'affronter une minorité. Le premier ministre se dit prêt à discuter d'un «statut» de l'étudiant afin d'amadouer l'Unef. Mais un recul serait la victoire des brasseurs d'air. D'autant que les étudiants et lycéens ne se reconnaissent pas tous, loin de là, dans ces mouvements téléguidés qui détournent les inquiétudes des jeunes. Mercredi, le nouveau Conseil représentatif national des lycéens a estimé qu'il faut «laisser une chance au CPE, pour voir s'il répond à un problème de l'emploi des jeunes». Un raisonnement de bon sens, soutenu dans de nombreuses universités, de Rennes à Tours en passant par Jussieu (Paris). Et si la contre-offensive venait des étudiants eux-mêmes ?

Refus de voir

Une constatation : le malaise social des jeunes n'est pas propre aux adolescents des banlieues. Ceux-là avaient été excusés par les belles âmes pour leurs razzias de novembre, mises sur le compte du chômage et de la précarité. Mais ce sort est le lot de toute une génération, même si les cités sont touchées plus rudement. Est-ce que les manifestants de mardi ont brûlé des voitures, des écoles, des commerces ? Leur bonne tenue fait ressortir le caractère ethniquo-religieux des dernières émeutes. Aussi est-il curieux d'entendre le discours dominant contester cette évidence. Un aveuglement qui n'est plus de mise aux Pays-Bas. Ce pays, fameux pour sa tolérance, s'est à ce point raidi contre l'islam que la ministre de l'Immigration, Rita Verdonk, en est à réclamer que le port de la burqa dans les rues soit sanctionné et que l'usage du néerlandais soit obligatoire en public. Attitude excessive. Mais le refus de voir est certainement plus dangereux.

Mort d'un modèle

La mort de Philippe Muray, 60 ans : cet écrivain mal connu, étiqueté «réac» par les «mutins de Panurge», dénonçait avec acuité, drôlerie et érudition, le conformisme «citoyen» de l'époque. Un modèle.

07 mars 2006

CPE: l'OCDE est d'accord avec moi!

Enfin des arguments apportant au débat:
Un marché du travail victime de sa complexité, Le Figaro, 7/3/06

Il est grand temps qu'on se rende compte que la vraie précarité c'est le chômage des jeunes -comme je le dis depuis longtemps.

Il est également temps qu'on se rende compte que le droit du travail en France est tellement complexe que le marché du travail français est grippé.

Que les corporatismes détruisent de la richesse et que seul la croissance crée du travail -pas le rationnement kolkhozien façon Martine Aubry et les 35 heures.Le CPE n'est qu'un saucissonnage complexe de plus, un replâtrage qui ne résout rien.

Tags: CPE, chômage, emploi, France, jeunes, politiques, économie    

02 mars 2006

Comment tirer partie de Firefox ?

Les lecteurs attentifs ont sûrement remarqué que je faisait la promotion de ce navigateur internet sur mon blog (voir l’icône à gauche).

Pourquoi donc Firefox ?
Firefox est un logiciel libre (open source) développé par la communauté de développeurs (enfin ceux qui savent coder). Il est plus rapide, plus sûr et plus ouvert que Microsoft Internet Explorer (ou également Micro$ost Interbête Exposer). Voir le lien ci-dessous pour plus de détails.
Une fonctionnalité que j’apprécie beaucoup est la navigation par onglets.

Firefox, c’est tout ?
Outre Firefox, que l’on peut télécharger grâce à cette icône, on peut trouver de nombreux exemples de logiciel de grande qualité et gratuits :
  • des systèmes d’exploitation (operating systems), comme Linux ou encore Apache (qui fait tourner plus de 50% des serveurs web mondiaux)
  • des utilitaires (voir lien ci-dessous)
  • des applications, telles que Mozilla Thunderbird (gestionnaire de courrier electronique, excellente alternative à Microsoft Outlook) ou encore Open Office (suite complète de logiciels bureautique, alternative gratuite à Microsoft Office, Word, Excel, Powerpoint, etc…)

Comment tirer le meilleur parti de Firefox ?
En bon logiciel ouvert, Firefox a attiré toute une communauté de développeurs qui ont ajouté des "extensions", ou fonctionnalités supplémentaires.

Personnellement, j’utilise les suivantes :
  • Amazing media browser, permet de sauver les animations Flash et autres à partir du menu Tools (Outils)
  • Session saver, récupère tous les onglets en cas de crash
  • PDF download, permet de choisir comment visualiser les fichiers PDF
  • IE View (pour basculer les sites qui s'affichent mal dans Firefox dans Interbête Nesplorer)
  • Colourful tabs, pour assigner une couleur différente a tous les onglets
  • Tab X, ajoute une icône de fermeture a chaque onglet

Liens :

Tags: , , , , , ,

01 mars 2006

Automobilistes, secteur aérien, environnement et fiscalité

Le Monde annonce que Chirac fait chou blanc avec sa taxe sur les billets d’avion (Taxe sur les billets d'avion: Paris ne rallie pas les grands pays, Le Monde, 01/03/06). Cette taxe est destinée à financer des efforts sanitaires pour les PVD (ou PMA, c’est selon).

Mais pourquoi d’abord taxer les billets? Je suis partisan de la taxe Tobin pour financer l’aide au tiers monde : cela aurait pour avantage de limiter les effets spéculatifs qui ne créent pas de richesse (cela ne revient pas à limiter la liberté des capitaux). En ce qui concerne le secteur aérien, je suggérerai plutôt de taxer le kérosène. Pourquoi en effet un automobiliste paye 80+% de taxes sur l’essence (ou le mazout pour ceux qui aiment empuer les autres) alors que le kérosène n’est pas taxé ? Si tel était le cas, cela rendrait le transport par rail encore plus économique par rapport à l’avion… et un service à notre planète.

Dans le même esprit, le gouvernement voit enfin l’évidence et annonce la création de 10 usines de fabrication de biodiesel et bioéthanol afin d’atteindre les 10% de carburants d’origine végétale d’ici 2015. C’est peu (avec des modifications limitées, un moteur diesel peut fonctionner à l’huile de friture), mais c’est un progrès. Les biocarburants coûtent certes plus cher à produire mais…
  • créent des emplois agricoles et industriels en France (cela vaut mieux que de subventionner des agriculteurs et par la empêcher les PVD cités plus haut d’exporter des produits agricoles)

  • la différence de coût serait facilement compensée par un ajustement de la fiscalité (les taxes forment la majeure partie du prix de des carburants au détail).

Liens :

Tags: transmanches.blog automobile environnement France politiques