14 février 2006

Combien coûte un étudiant en grève?

Les étudiants sont donc en grève contre le CPE. Pour les syndicats étudiants, c'est la porte ouverte à la précarité.

J'ai déjà exposé mon point de vue: le CPE n'est pas une bonne chose car il crée des effets de seuils, comme autant de cloisons dans la population active.

Cependant, que les étudiants manifestent m'interpelle pour deux raisons.

La première est qu'ils revendiquent l'abrogation du CPE car d'après aux il "précarise" les jeunes. Comme je l'ai écrit plus tôt (Où sont passés les jeunes français qui en veulent?), je trouve effarant que ces mêmes jeunes ne pensent qu’à la précarité et à défendre les avantages qu’ils n’ont pas acquis. Ont-ils tant peur du futur? Ils ont sans doute raison, mais la solution n'est certainement pas d'étendre un CDI rigide à tous. Voir les liens ci-dessous et cet interview: «Un noyau dur de salariés surprotégés et autour, la précarité»

La deuxième raison est que les étudiants en "grève" me font doucement rigoler. En grève de quoi? Et ça gène qui? Probablement ceux qui risquent leur diplôme. C'est pas se promettre un avenir précaire ça?

Mais ces étudiants en grève doivent faire pleurer les contribuables français (cela a des avantages que d'habiter à London). Un étudiant coûte en moyenne huit mille Euros et des poussièrespar an. Si je payais des impôts en France, j'aurais envie de dire "Au boulot, bande de feignants, y'en a qui banquent pour vous!"


Combien coûte un étudiant? 8 210 euros par an (53 900 francs), c’est ce que coûte en moyenne un étudiant à l’État, soit 27 % de plus qu’en 1975. Un coût qui varie selon les filières: un élève de classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) coûte 12 500 euros (82 000 francs), alors qu’un élève effectuant une année dans une université publique coûte en moyenne 6 433 euros (42 200 francs). Une année en IUT revient à 8 628 euros (56 600 francs) et une année dans une école d’ingénieurs dépendante d’une université à 11 540 euros (75 700 francs). Le coût total d’une scolarité de dix-huit ans, menant sans redoublement à une licence, est évalué à 104 945 euros (688 400 francs) en 2000. La scolarité de dix-sept ans menant à un DUT est évaluée à 102 811 euros (674 400 francs), et à 106013 euros (695 400 francs) pour un BTS. Un diplôme d’ingénieur après deux années de classes préparatoires, soit une scolarité en vingt ans, coûte 145 421euros (953 900 francs).

Au Royaume-Uni, le principe du qui-mange-paye s'applique: les étudiants commencent dans la vie active avec un prêt à rembourser, contracté pour financer leurs frais scolaires et de subsistance….

Tags: CPE,chômage, emploi, France, jeunes, politiques, économie

Liens:

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

je me permets d'intervenir, même deux ans après la publication de cet article. Je suis tombée par hasard sur ce blog et peut être que d'autres suivront.

Bref, juste un petit mot pour dire que tous les étudiants français ne sont pas des fénéants qui passent leur temps à râler, loin, très loin de là.
C'est malheureusement l'image qu'une minorité d'étudiants (et encore, je me demande si bcp d'entre eux vont réellement en cours) donnent des étudiants français, notamment ceux qui étudient à l'universtié.

Alors je tiens juste à souligner le fait que la grosse majorité d'entre noux travaille dur, ne soutient absolument pas ces mouvements de contestation souvent inutiles et injustifiés, en veut et est parfaitement conscient qu'à 20-22 ans, on a tout a prouver.

Ma fac a été bloquée 2 mois en 2006 pendant le CPE, presque 2 semaines l'année dernière, et rebelotte cette année... Il faut savoir qu'une dizaine de bloqueurs suffit à bloquer tout une fac. Cette même fac sera alors listée en tant que fac en grève, alors que même pas 1% de étudiants de cette fac n'aura pu s'exprimer.
Et non seulement on ne peut pas aller en cours, mais en plus on passe pour des étudiants qui ne fichent rien aux yeux de tous, autant vous dire que c'est rageant!

La plupart d'entre nous n'a pas l'habitude de battre de pavé. Pendant que quelques jeunes non représentatifs s'excitent dans la rue, les autres sont à la bibliothèque, où ils passent souvent leur week end entiers aussi.

Ce n'est pas pour attirer la pitié que j'écirs cela, juste pour dire que la majorité des étudiants n'est pas DU TOUT comme ceux que l'on peut voir aux infos.
Alors s'il vous plait quand vous en croiser un, ne lui coller pas l'étiquette d'assisté.

Merci!!

Ludovic Windsor a dit…

Merci Anne O'Nym, tu me mets du baume au coeur. Domage que ces 1% soit influences par des gens ayant des interets autres que les leurs...