08 janvier 2009

Les socialistes pretendent-ils detenir la verite du peuple?

Lu hier:
Le travail du dimanche, c’est pour la saint-Glinglin (Libération)

La majorite des Francais, d'apres des sondages divers, est favorable a l'ouverture des magasins le Dimanches.  Les salaries egalement. Et cela cree des emplois.

Pourquoi les socialistes pretendent ils beneficier du soutien populaire?
Pour quelles raisons les socialistes sont-ils d'accord avec les cathos sur ce sujet?


6 commentaires:

Anonyme a dit…

Car si effectivement la majorité des français son pour le travail le dimanche, la majorité des français ne souhaite pas travailler personnellement le dimanche...

Ensuite je vois pas comment travailler le dimanche le dimanche créerai de l'emploi: Le budget des français n'étant pas extensible, ce qu'ils achèteront le dimanche ils ne l'achèteront pas en semaine, donc il y aura de facto suppression d'emploi en semaine pour les mettre le dimanche...

Enfin parce que les socialistes prônent une société autre que celle de la consommation tous les jours de la semaine ils sont contre.

Le travail est émancipateur mais ne suffit a construire une vie où les gens ne pourraient se rencontrer un même jour chômé, où ils ne pourraient voir leur enfants une journée complète, où ils ne pourraient avoir de loisir..

Ludovic Windsor a dit…

Cher Anne O'Nym,

Tu montre une ignorance des mecanismes economiques digne de la mere Aubry, celle qui a rationne la creation de richessse en France.

1. Les salaries sont prets a travailler le dimanche, car ils ont toujours un jour de repos et leur salaire est majore. Si l'on a pas d'enfants, c'est ideal d'avoir le Dimanche en semaine, non? Avec des enfants, on a moins de choix -tu as raison.

2. Ce surplus de revenus favorise la consommation, surtout pour les bas salaires.

3. Les Francais sont un des peuples Europeens avec le plus fort taux d'epargne. Ils peuvent donc consommer plus.

Baba a dit…

L'épargne est certes haute en France est c'est là notre plus grand rempart face à la crise: Promettre des crédits et tout va et des emprunts à taux zéro est simplement une incitation à l'endettement pour les ménages dont les banques savent qu'ils ne pourront rembourser...c'est ce qui s'est passé aux états unis...
Oui ils consomment mais ils s'endettent et donc ou bout d'un moment ça cède...

Une société où il n'existe pas un jour aux individus pour ce retrouver entre amis, en famille ou pour s'adonner aux loisirs et une société qui réduira l'humain aux rangs de machine.

Ensuite la libéralisation du travail du dimanche dans toutes les grandes surfaces d’ameublement est intervenue en janvier 2008. Quelques semaines après, les professionnels de l’ameublement ont vivement souhaité revenir à un nombre de dimanches limités dans l’année. Le coût de l’ouverture est supérieur au chiffre d’affaires généré.

De plus l’avantage de concurrence octroyé à la grande distribution menace 100 000 emplois de disparition dans le commerce de proximité.

La liberté du salarié est une fiction dans les relations du travail. Le salarié ne s’embauche pas, ne se licencie pas, ne se distribue pas des primes, ne s’accorde pas de RTT. A fortiori il ne choisit pas quels jours il veut travailler. C’est une décision de l’employeur. Du fait de ce lien de subordination, de la précarité de l’emploi et de la faiblesse des salaires, très peu de salariés pourront refuser de travailler le dimanche...

Pour finir l’obligation de payer double le dimanche concernera les seules entreprises qui pourront ouvrir grâce à la nouvelle loi et qui ne sont pas couvertes par un accord collectif de branche ou d’entreprise.
Seul un accord collectif dans les entreprises concernées définira les modalités de rémunération. Rien n’est dit dans la proposition de loi sur le doublement de salaire.

Ludovic Windsor a dit…

Baba,

Je te laisse philosopher sur les relations sociales -pour moi en France il y a trop d'intellectuels qui sodomisent des malheureux insectes-, pour ma part je pense que la philosophie vient une fois le ventre plein.

Ce chiffre de 100 000 emplois n'est fonde sur aucune etude serieuse.

La ou je suis d'accord par contre, c'est que les memes regles devraient s'appliquer a tous, et non seulement aux nouvelles enseignes: cela cree une usine a gaz et des distortions de concurrence.

Il est egalement vrai que les salaries ne sont pas en position de force par rapport a un employeur, mais:
1. Un peu de beurre dans les epinards ne fait jamais de mal, quitte a sacrifier son Dimanche
2. Cela devrait changer quand les baby boomers partiront a la retraite, et j'ajouterai que la situation du marche du travail est largement due a l'indigence des politiques publiques depuis 30 ans (cf. Réforme de l'état: quand l'Espagne montre le chemin)

Anonyme a dit…

Si je comprend bien, un ensemble de sondages déterminerai ce que pense l'ensemble des Français, et il faudrait alors transformer les voeux des Français en loi et les les appliquer ?

Quid des élections et autres votes ?

Et donc, pour pousser la logique un peu plus loin, si la majorité des Français ne veut plus du président, on le change ?

Ludovic Windsor a dit…

Chere Anne O'nym,

Qui a parle de gouverner par sondages? J'ai juste dit que les socialistes s'arrogent le soutien du peuple, qu'ils sont loin d'avoir. Pour memoire, la Sego a perdu les elections presidentielles.